Envie de participer ?

05

janv. 2021

Interview of Romane Gonzalez

Publié il y a 10 mois par Laure COULBAULT

En ce début d'année 2021, je vous propose de faire connaissance avec une SHN du campus de Sophia: Romane Gonzalez. Nous lui avons posé quelques questions concernant son activité sportive et ses études à Skema. (English version bellow)

 

  1. Peux-tu te présenter en quelques mots ? 

Je m’appelle Romane Gonzalez, j’ai 18ans 

Je viens de Hyères et je suis en première année BBA à SKEMA

 

  1. Comment se déroule ta première année à Skema ? 

Cette première année est assez différente de ce qu’on a vécu au lycée et même avec la crise sanitaire que nous traversons. Le rythme de travail est complètement différent, on nous demande un travail autonome que l’on doit approfondir à la maison. Le type d’enseignement l’ai aussi, on a des professeurs passionnés par leur matière et cela nous aide vraiment à mieux comprendre ceux qu’ils veulent nous apprendre.

Petite nouveauté pour moi, les cours sont 100% en anglais. C’est assez compliqué mais l’anglais est vraiment important.

 

  1. Tu as obtenu le statut SHN, peux-tu présenter ton sport ? Je pratique le kitesurf freestyle depuis un peu plus de deux ans maintenant. Ce sport m’a très vite passionné ce qui m’a permis d’avoir une progression rapide. 

Le kitesurf est une discipline nautique, avec une voile (kite) une planche (twintip) et d’autres types de matériaux spécialisés. Dans ce sport il y a quatre catégories, qu’on pratique tous en général : 

*Le kitesurf twintip race, ce sont des courses de vitesse en twintip.

*Le kitesurf freestyle, ce sont des figures en hauteur ou complexes à la force des bras (dehooker), il se pratique avec une planche de twintip et une planche de surf.

*Le foil, course de vitesse de kite avec un aileron (en dessous de la planche), qui nous fait planer au-dessus de l’eau de quelques centimètres.

*Le kitesurf vagues, on surf dans des conditions de belles vagues (petites ou grosses) avec une aile. Cela s’effectue avec une planche de surf.

 

  1. Arrives-tu à concilier Skema et le sport ? 

Pour concilier les cours et les entrainements, c’est une grande organisation, il n’y a pas de temps à perdre. C’est vrai qu’au début cela a été très compliqué, mais je suis mieux organisée maintenant. On verra les résultats à l’école et dans le sport.

 

  1. Pourquoi et comment t’es-tu tournée vers le Kitesurf ? 

J’ai dû arrêter le basket, que je pratiqué depuis 7ans a un niveau régional, à cause des traumatises musculaires et ligamentaires occasionné par ce sport. De plus je pratiquais du surf et de la planche à voile grâce à mon père. Je me suis redirigée vers le kite pour pouvoir naviguer en famille et aussi partager un sport nautique avec des amis.

 

  1. Comment se déroule les compétitions ?

Nos compétitions de freestyle se déroulent de la manière suivante : 

- Nous sommes divisés en plusieurs groupes de 3 ou 4 rideurs. On appelle cela un heat. 

- Nous passons chacun notre tour, et nous avons 1min pour faire une figure

- Dans le heat nous devons faire 7 figures.

- Chaque figure est notée selon les catégories et les critères de sélections. 

- Ensuite les deux premiers rideurs passent à l’étape suivante, le troisième au repêchage et le dernier est éliminé, ainsi de suite.

 

  1. Quelle est ta prochaine compétition ? 

A cause de la crise sanitaire, nos dates ont été déplacé ou suspendu. Pour le moment la plus proche sera le défikite, et nous attendons toujours les dates pour Les Europes, le Monde, le festikite et le mondial du vent.

 

  1. Malgré la crise sanitaire, arrives-tu à pratiquer ton sport ? 

Lors du premier confinement, il était interdit d’accéder aux plages donc on courait et on faisait des exercices musculaires à la maison. Maintenant on a eu des dérogations sportives de haut niveau qui nous permettaient d’avoir l’exclusivité à la navigation. Aujourd’hui tout le monde peut retourner sur l’eau.

 

  1. On dit souvent que le kitesurf est un sport dangereux, que répondrais-tu à cela ? 

Le kitesurf peut être un sport dangereux. On peut le pratiquer exclusivement avec le vent. On utilise comme outils la force du vent et la nature, on ne peut pas toujours prévoir ce qui va se passer (les rafales, les molle d’air…). Cependant on peut les gérer ou parfois les anticiper. De plus, ce qui est le plus dangereux dans ce sport, c’est l’endroit où on le pratique (quel spot ?). C’est-à-dire l’orientation du vent, la différence entre le ressentis et la puissance réelle, et l’espace en cas de problème. 

Par exemple, l’Almanarre (notre spot à Hyères) est mondialement connu mais il est dangereux, l’orientation du vent fait qu’elle nous dirige soit au large soit sur la route. La puissance du vent réel est très forte par rapport au ressentie. Enfin la plage n’est pas très large en cas d’incident, ce qui emmène certaines personnes sur la route, d’où la dangerosité.

 

  1. Quels sont tes objectifs futurs concernant le kitesurf ? 

 Pour le moment mes seuls objectifs sont de pouvoir avoir un futur métier qui ne m’empêche pas de pratiquer mon sport le plus longtemps possible à haut niveau.

 

  1. Que peut-on te souhaiter pour la suite ? 

De réussir mes objectifs dans la vie et surtout de bons scores au prochaines compétitions :) 

 

 

English version 

 

At the beginning of this year 2021, I propose you to get to know an SHN of the Sophia campus: Romane Gonzalez. We asked her some questions about her sport activity and her studies at Skema. 

 

1) Can you introduce yourself in a few words? 

My name is Romane Gonzalez. I am 18 years old. 

I come from Hyères, and I'm in my first year BBA at SKEMA.

 

2) How is your first year at Skema going? 

This first year is quite different from what we experienced in high school, and even with the health crisis, we are going through. The work rhythm is different, we are asked to work independently, and we have to work harder at home. The type of teaching is also different, we have teachers who are passionate about their subject and this helps us to better understand those they want to teach us.

Little novelty for me, the courses are 100% in English. It's quite complicated but English is really important.

 

3) You obtained the SHN status. Can you present your sport? 

I've been freestyle kitesurfing for a little more than two years now. This sport has fascinated me very quickly, which allowed me to have a fast progression. 

Kitesurfing is a nautical discipline, with a sail (kite) a board (twintip), and other types of specialized materials. In this sport, there are four categories, which we all practice in general: 

*Twintip race kitesurfing is a speed race in twintip.

*Freestyle kitesurfing. These are high or complex tricks with arm strength (dehooker), it is practiced with a twintip board and a surfboard.

*The foil, a kite speed race with a fin (under the board), which makes us glide over the water a few centimeters.

*The wave kitesurf, we surf in nice wave conditions (small or big) with a kite. This is done with a surfboard.

 

4) Do you manage to reconcile Skema and the sport? 

To reconcile lessons and training, it's a great organization. There is no time to lose. It's true that at the beginning it was very complicated, but I am better organized now. We will see the results in school and sport.

 

5) Why and how did you turn to Kitesurfing? 

I had to stop basketball, which I have been practicing for 7 years at a regional level, because of the muscular and ligament injuries caused by this sport. Moreover, I practiced surfing and windsurfing thanks to my father. I redirected myself to kite surfing so that I could sail with my family and also share a water sport with friends.

 

6) How do the competitions take place?

Our freestyle competitions take place as follows: 

- We are divided into several groups of 3 or 4 riders. This is called a heat. 

- We pass each one our turn, and we have 1min to make a trick.

- In the heat we have to do 7 tricks. 

- Each figure is scored according to categories and selection criteria. 

- The first two riders move on to the next stage, the third to the repechage and the last is eliminated, and so on.

 

7) What is your next competition? 

Because of the health crisis, our dates have been moved or suspended. For the moment the closest will be the défikite, and we are still waiting for the dates for the Europes, the World, the festikite, and the Mondial du vent.

 

8) Despite the health crisis, do you manage to practice your sport? 

During the first confinement, it was forbidden to access the beaches, so we ran and did muscle exercises at home. Now we had high-level sports exemptions that allowed us to have exclusivity to the navigation. Today everyone can go back to the water.

 

9) It is often said that kitesurfing is a dangerous sport. What would you answer to that? 

Kitesurfing can be a dangerous sport. It can be practiced exclusively with the wind. We use as tools the wind force and nature. We can't always predict what will happen (gusts, soft air etc.). However, we can manage them or sometimes anticipate them. Moreover, what is the most dangerous in this sport, it is the place where we practice it (which spot?). That is to say the orientation of the wind, the difference between the felt and the real power, and the space in case of a problem. 

For example, the Almanarre (our spot in Hyères) is world-famous, but it is dangerous. The orientation of the wind makes it direct us either offshore or on the road. The power of the real wind is strong compared to the felt wind. Finally, the beach is not very wide in case of an incident, which takes some people on the road, hence the dangerousness.

 

10) What are your future goals concerning kitesurfing? 

 For the moment my only objectives are to be able to have a future job that does not prevent me from practicing my sport as long as possible at a high level.

 

11) What can we wish you for the future? 

To achieve my goals in life and good scores in the next competitions :) 

 

 

49ebe23b-9e82-4e63-921f-31d043acba01.JPG

Commentaires